Marie-Claude Di Lillo
mc@lecarnetdemc.ca

L’ex-joueur des Canadiens de Montréal raconte ses coups de cœur restos de Montréal et New York.

Crédit photo : Julie Perreault
Crédit photo : Julie Perreault

Au moment où la saison de hockey bat son plein, j’ai réussi à rencontrer Stéphane Quintal, l’ex-joueur des Canadiens, qui était de passage à Montréal récemment. Je m’étais laissée dire que c’était un vrai foodie, alors j’ai eu envie de lui demander ses coups de cœur restos et d’en apprendre en même temps un peu plus sur son nouveau travail au sein de la LNH. Il a gentiment accepté de se prêter au jeu de l’entrevue…

***

Ayant définitivement quitté la glace, Stéphane Quintal travaille maintenant aux questions de discipline et de sécurité au sein de la LNH. Un poste crucial qui lui demande de voyager fréquemment entre New-York (où est situé le siège social de la ligue) et Montréal (lieu où résident ses enfants et sa conjointe). Mais peu de gens savent que Stéphane est aussi un amateur de bonne bouffe et de bons vins et que, même si son emploi est demandant, il réussit à trouver des moments pour savourer les plaisirs de la table.

MC : Stéphane, c’est un poste très important que tu occupes pour le hockey et avec toutes ces commotions cérébrales qui sont d’actualité, cela doit être très prenant. Peux-tu nous raconter un peu ton quotidien, tes enjeux professionnels ?

SQ : En ce moment, c’est la grosse période de la saison de hockey qui bat son plein. J’ai dix hommes qui couvrent pour moi les matchs et sont mes yeux et mes oreilles sur le terrain. Je dois visionner tous les incidents qui pourraient possiblement avoir une suite disciplinaire. Ensuite, j’ai le dernier mot sur la sanction à apporter. Par exemple, dans le cas de récidivistes, je dois ordonner la suspension du joueur parfois pour plusieurs parties. On fait aussi beaucoup de prévention; je préside d’ailleurs un comité sur les commotions cérébrales.

Photo credit: slgckgc via VisualHunt / CC BY
Photo credit: slgckgc via VisualHunt / CC BY

MC : Tu n’as donc pas trop le temps de souffler et de t’offrir le luxe de relaxer dans un bon resto, par exemple ?

SQ : Le problème c’est que je ne peux rien prévoir vraiment à l’avance. Je suis de vigile 24 heures sur 24. Et souvent c’est presque du ‘non-stop’ de rush. J’ai deux jours de congé à Noël et c’est à peu près tout. Si je suis appelé pour un cas, je dois y aller. L’été, c’est plus facile car j’ai huit semaines de vacances et là je prends vraiment le temps de relaxer, de flâner au restaurant, etc.

MC : Mais quand tu peux, je me suis fait dire que manger fait partie de tes petits plaisirs ?

SQ : Oui, oui j’adore manger ! Je ne cuisine pas trop, mais manger est une passion. Je me suis acheté récemment la mijoteuse de Ricardo, et je l’utilise, mais c’est à peu près tout ! C’est paradoxal, car j’écoute vraiment beaucoup les émissions de cuisine à la télé. D’ailleurs, ma blonde est productrice de ce type d’émissions et est une passionnée de bouffe. C’est elle qui produit, entre autres, la série avec Felipe Saint-Laurent qui est proprio de la boutique Ils en fument du bon. Des saucisses que j’adore ! Ensemble, on aime aller au restaurant et découvrir de nouvelles places.

MC : Quels genres de resto alors t’interpellent ici ?

SQ : J’aime pas les gros restaurants, les gros steakhouses. Je préfère de loin les plus petits restaurants. J’aime découvrir la cuisine des jeunes chefs dans des endroits plus intimes. Ce qui me plaît, c’est le contact avec les gens. Avec ma blonde, on s’assoit au bar, on commande des huîtres, et on en profite pour parler avec les gens de l’équipe de cuisine.

MC : Sachant cela, quels sont tes endroits de prédilection à Montréal pour une bonne bouffe ?

SQ : Ici, j’aime beaucoup le Bouillon Bilk (que ma blonde m’a fait découvrir d’ailleurs) et le Tuck Shop. J’ai aussi été récemment au Hà et j’ai vraiment adoré ! La bouffe y est incroyable ! De plus, je suis allé essayer grâce à mon ami Vincent, partenaire au Majestic, leurs hot-dogs à la saucisse maison. C’était délicieux ! Et il y a aussi le Richmond, que mon ami Paul possède et qui est une place où j’aime aller de temps en temps. C’est le genre de restos que je fréquente également à New York.

Plat de crevettes du restaurent Hà | Crédit Photo - Patricia Brochu
Plat de crevettes du restaurent Hà | Crédit Photo - Patricia Brochu

MC : Justement, quelques bonnes adresses à New York ?

SQ : Je vais souvent voir Hugues (le chef) et surtout Étienne (le sommelier) au M. Wells, qui me fait découvrir toujours de bons vins et qui est devenu un ami. C’est le fun de voir que des Québécois réussissent à New York !

Les premiers restaurants que j’y ai faits, c’est grâce à une amie de Montréal qui demeure là depuis quinze ans. Un de ses bons amis à elle, c’est le copropriétaire de six restos : le Locanda Verde, le Lafayette Grand Café & Bakery, le Little Park, etc., avec lesquels j’ai fait mes premières expériences gastronomiques dans cette ville. Mon préféré de ce groupe là, c’est le Locanda Verde. Il y a aussi un resto juste à côté de chez-nous qui s’appelle Racines NY. Je l’ai découvert grâce au livre de Marie-Joëlle Parent. Le chef c’est un Français, et il joue au hockey en plus !

Souvent, je me couche très tard car je dois visionner les matchs lorsqu’ils se terminent, et parfois, si on pense à ceux de la Côte Ouest avec le décalage, cela nous amène aux petites heures de la nuit. Si je suis à New York et que je n’ai pas mes enfants, j’essaie de me lever plus tard. Je cherche donc une place de bons brunchs, comme le Bubby’s dans le quartier Tribeca, qui en sert toute la journée, ou le Laughing Man, Coffee & Tea, qui sert de très bons cafés équitables.

MC : Et question vins ?

SQ : J’ai une cave à vins, mais je ne suis pas un très grand connaisseur. J’aime le bon vin. Je suis un amateur de bourgognes, surtout. D’ailleurs, j’ai un beau souvenir à raconter : L’an passé, durant les matchs de la Coupe Stanley, j’ai eu l’occasion d’aller à Napa en Californie. J’y suis allé voir Patrice Breton, le producteur et vigneron québécois installé là-bas. C’est un vrai passionné et un gars super intéressant, qui explique aisément le vin sans trop de complications. J’ai adoré ses vins ! Une belle découverte !

Patrice Breton, Apriori Cellar | Crédit photo - Stefan Breton
Patrice Breton, Apriori Cellar | Crédit photo - Stefan Breton

MC : En terminant, pour ce qui est de la qualité des restaurants, tu dirais Montréal ou New York ?

SQ : Honnêtement, notre cuisine n’a rien à envier à la grande métropole américaine. On a beaucoup de talents culinaires ici, de jeunes chefs créatifs. C’est vraiment un plaisir de revenir à Montréal et d’essayer de nouveaux restos ou de redécouvrir certains classiques, comme l’Express par exemple. Pour ma part, j’aime bien boire et bien manger. À vrai dire, je m’entraîne pour manger ! Alors quand on est bien servi en cette matière, c’est d’autant plus plaisant !

***

Crédit photo pour la couverture : Julie Perreault

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Error: Access Token is not valid or has expired. Feed will not update.
This error message is only visible to WordPress admins

There's an issue with the Instagram Access Token that you are using. Please obtain a new Access Token on the plugin's Settings page.
If you continue to have an issue with your Access Token then please see this FAQ for more information.

Suivez-nous sur Instagram