Ronald Georges
ronald@lecarnetdemc.ca

En prévision des fêtes de Pâques qui s’en viennent, nous avons dégusté quelques vins de nebbiolo, sept en tout, de différentes maisons. Ces vins seront les compagnons idéaux de vos repas d’agneau, de bœuf, de rôtis, ou encore de certains plats de pâtes servis durant le congé pascal. Étant donné que ce sont des vins quand même dispendieux, on s’est dit qu’il fallait les boire autour d’une occasion spéciale et quoi de mieux qu’un repas en famille, pour leur rendre hommage !

Pour savoir lesquels de ces mythiques vins choisir pour célébrer dignement, lisez nos commentaires ci-dessous…

Le protocole

Parfois, il nous arrive entre gens du vin (sommeliers, critiques et journalistes) de se réunir pour déguster ensemble quelques produits sous une thématique précise.

Cette fois-ci, on a décidé de tester certains nebbiolos, le cépage qui entre dans la composition des célèbres vins d’appellation Barolo et Barbaresco.

Le groupe de dégustateurs

Le petit groupe, qui s’est prêté au jeu de la dégustation, était composé de Ronald Georges, chroniqueur vin à Le Carnet de MC, Marie-Claude Di Lillo, rédactrice en chef et chroniqueuse vins et gastronomie à Le Carnet de MC, Patrick Ayotte, blogueur vin à Dans mon verre (dansmonverre.ca), Carmine Caravaggio, professeur de sommellerie à l’ITHQ et Marta Bonomo, sommelière et représentante en vins.

Bon à savoir

Le cépage nebbiolo est indiscutablement le roi du Piémont. Certains vins produits à partir de ce cépage, sont vendus à des prix exorbitants, notamment lorsqu’il s’agit de vins du Barolo et de Barbaresco. Par chance, des vignerons produisent aussi des vins issus de nebbiolo dans des appellations plus abordables, comme celle du Langhe, juste au sud du Barolo. Leurs vins demeurent accessibles pour le portefeuille et pour le palais des non-initiés.

Les 7 vins dégustés

Nous avons donc dégusté 7 vins élaborés à partir du cépage nebbiolo uniquement et voici ce que notre petit groupe en a pensé.

crédit photo : Marie-Claude Di Lillo

Le verdict

Fontanafredda Barolo 2012
Code SAQ : 00020214
28,55 $

Ce barolo d’entrée de gamme est vendu à un prix très peu cher considérant le prestige de l’appellation. Malheureusement, il nous a déçu. Le Fontanafredda est très court en bouche, ses tanins sont violents et asséchants. Côté trame aromatique, on est dans le flou (sensation alcoolique élevée qui masque le reste, saveurs terreuses, impression de laine mouillée). Pas beaucoup de fruits non plus, on n’a malheureusement pas l’impression de goûter au terroir, si unique dans cette région. Les dégustateurs étaient unanimes : ce vin n’était pas défectueux, mais il n’était pas des plus agréables. Petite remarque : ses tanins fermés pourraient gagner un peu de souplesse après deux heures au moins de carafe. À conseiller pour celui ou celle qui veut essayer un vin de l’appellation Barolo sans avoir à payer au moins 40 dollars.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Vietti Perbacco Nebbiolo Langhe 2013
Code SAQ : 10861031
31,25 $ 

Ce vin provient de l’appellation Langhe, juste à côté du Barolo. Souvent il est formé de jeunes vignes déclassées du Barolo justement. Ce vin est assurément tiré de jeunes vignes. Ce producteur aux méthodes plus traditionnelles vinifie ce nebbiolo pendant quatre mois en barriques, 20 mois en foudre et quelques mois en cuves en acier inoxydable. Au nez, des arômes de petits fruits rouges délicats. En bouche, on note d’abord d’abondantes saveurs de fruits rouges (cerise). Mais, une amertume en fin de bouche et des tanins asséchants, gâchent un peu le plaisir d’un vin qui s’annonçait juteux et plein. Deux trois bonnes heures en carafe lui apporteront peut-être de la souplesse. Commentaire des dégustateurs : vin encore jeune (quelques pointes végétales nous l’indiquent). Une amertume présente et une belle acidité le prédispose surtout à la garde. On pense qu’il sera à son plein apogée dans 5 ou même 10 ans.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Produttori del Barbaresco 2013
Code SAQ : 12558909
37,10 $

Ce nebbiolo provient du village de Barbaresco, qui constitue l’autre l’appellation prestigieuse de la région. Son nez complexe regorge d’épices. Sa bouche est charnue, tannique, et on y dénote des saveurs de petits fruits noirs, de pot-pourri, de cannelle, de clou de girofle, et un petit goût de fumée. Le vin est costaud, encore ferme, mais il augure bien pour le futur. Il sera parfait avec la côte de bœuf bien généreuse. On l’a bien apprécié, entre autres, car on y sent bien les qualités du terroir et le côté artisanal de la coopérative.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Valmaggiore Luciano Sandrone Nebbiolo d’Alba 2012
Code SAQ : 12042582
39,75 $

Déjà, la couleur (foncée tirant plus sur le brun) est un indice de la concentration tannique du vin. En bouche, il y a de la matière. C’est un vin corsé aux saveurs de truffe, de cerise, de goudron, de cassis et de fleurs séchées. Nous sommes en présence d’un vin épicé, aux notes de fruits mûrs, presque confiturés, à la saveur riche et aux arômes de bois présents. Le vin a séjourné 12 mois en barriques de chêne français, et pas en foudre, technique moderne qui lui apporte du corps et de la complexité. Il exige donc des mets qui pourront absorber ses tanins comme des spaghettis aux boulettes de viande ou des viandes rouges grillées. Un vin entre tradition et modernité, parfait pour le jeune professionnel qui veut s’initier aux vins du Piémont, et à celui qui veut garnir sa cave pour des bouteilles à conserver à moyen terme.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Paolo Conterno Riva del Bric Barolo 2012
Code SAQ : 10860223
41,50 $

Riva del Bric, veut dire en dialecte piémontais « du côté de la colline ». D’une robe violacée foncée, sa structure est très tannique. En bouche, on est sur des saveurs de fruits cuits, de mûre, de thé, de cuir neuf, de champignon. C’est un barolo au style un peu austère, « old fashionned style », comme le sont certains barolos ancrés dans la tradition. Il plaira aux amateurs de barolos typiques, un peu masculins, avec sa carrure d’épaule large. Puisqu’il est dans sa prime jeunesse, buvez-le avec de vieux fromages forts (manchego, parmaggiano), de l’agneau ou une pièce de bœuf grillée. Si vous êtes à la recherche d’un vin musclé, celui-ci vous conviendra. Carafer au moins une bonne heure. Parfait pour la garde.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Principiano Ferdinando Barolo Serralunga d’Alba 2012
Code SAQ : 11387301
45 $

Avec un vin du cru Serralunga, d’un village du Barolo, on voit déjà que le niveau de qualité s’élève sensiblement. Le vin présente une robe rubis soutenue. Au nez, on est littéralement charmé par un bouquet de parfums multiples d’où s’échappent des notes de tabac, de thé, de bois et de confiture. En bouche, nous sommes servis par un déferlement de tanins, de notes de fleurs séchées, de fruits confits, de cerise, de garrigue, de tabac blond, de poussière de bois avec une petite finale de gingembre. Le vin a passé 24 mois dans des foudres. Il est donc fait de manière plus traditionnelle. Le mélange et l’intégration des saveurs, malgré la jeunesse du vin, impressionne. Passez-le en carafe une heure et demie ou gardez-le en cave une dizaine d’années. Un vin qui se démarque et que nous avons beaucoup apprécié. Idéal avec un agneau au romarin pour Pâques !

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

Cordero di Montezemolo Monfalleto Barolo 2012
Code SAQ : 11598870
52,25 $

Cette propriété active depuis 1340, et située dans la sous-région de La Morra, offre ici un vin du cru Monfalleto de style moderne. En bouche, des notes de romarin, de cèdre, de fruits séchés et une impression de sucre résiduel (côté confituré d’abricot et de pêche) donnent un vin attirant. Élaboré dans du bois neuf, il offre déjà pour sa jeunesse, des tanins soyeux. Un plaisir immédiat puisque le vin se laisse boire assez aisément.

crédit photo : Patrick Ayotte (Dansmonverre.ca)

En conclusion, les vins de nebbiolo ont souvent besoin d’un bon coup de carafe, de bons plats pour assouplir leurs jeunes tanins et sont de parfaits candidats pour la cave.

Les 3 coups de cœur de Ronald, Patrick et Marie Claude :

Ronald Georges, chroniqueur vin à Le Carnet de MC

Principiano Ferdinando Barolo Serralunga d’Alba 2012

J’ai aimé la finesse de ce barolo : une poigne de fer dans un gant de velours. Après de fins arômes de fleurs séchées, de fraise, de cassis et de poussière de bois, le côté plus viril du vin apparait sous la forme de tabac et de truffe.

Paolo Conterno Riva del Bric Barolo 2012

Ce producteur donne ici un vin affirmé qui est certes très tannique et acide, mais qui déploie de beaux arômes de thé noir, de cassis, de menthe, de fruits séchés et d’humus.

Vietti Perbacco Nebbiolo Langhe 2013

Beau déploiement de cerise fraîche et de fraise des bois, malgré une légère amertume et des tanins serrés. Un coup de carafe lui fera du bien.

Patrick Ayotte, chroniqueur à www.dansmonverre.ca

www.dansmonverre.ca

Vietti Perbacco Nebbiolo Langhe 2013

Il y a de la finesse et beaucoup de fruit dans ce vin. À mon goût, le vin le plus charmeur du groupe. Très bien+ (90)

Produttori del Barbaresco 2013

Seul vin de cette appellation lors de la dégustation, il a bien démontré qu’il avait sa place à la table. Un vin qui a du potentiel, mais qu’on peut aussi apprécier dès maintenant avec un bon passage en carafe. Très bien+ (90)

Principiano Ferdinando Barolo Serralunga d’Alba 2012

Avec les années passées à goûter du vin, l’amateur fini souvent par chercher la finesse qui se dégage d’un vin. Celui-ci, malgré sa jeunesse et une certaine fougue, a su me satisfaire sur ce point! Doté d’une belle élégance avec des notes de fleurs, de fruits rouges, de tabac, tout en étant assez joyeux et frais, c’est un vin très convivial. Suivra en bouche, une caresse de fruits rouges pour accompagner les tanins, les notes d’épices, de terre, ainsi qu’un boisé subtil. Excellent choix pour l’amateur de vin qui voudrait boire du barolo dès maintenant sans se ruiner. Mon préféré et de loin. Excellent+ (92)

Marie Claude Di Lillo, rédactrice en chef Le Carnet de MC

Principiano Ferdinando Barolo Serralunga d’Alba 2012

J’ai tout de suite apprécié son nez charmeur : mélange de bois, de confiture de fruits et de thé à la bergamote. En bouche, ses tanins sont présents, mais après deux heures d’attente (cela valait le coup) le vin s’ouvre et libère des saveurs de cerise noire, de cigare, de vanille, de garrigue et démontre plus de souplesse. Un vin bio qui n’a pas juste le côté « carré » du barolo, mais aussi une touche plus élégante.

Produttori del Barbaresco 2013

Ce vin m’a plu à cause de ses flaveurs d’épices (clou de girofle, cannelle) et de pot-pourri. On aurait dit, un vin de Noël ! Sa complexité, ses tanins costauds et sa teneur alcoolique en feront un vin idéal pour l’agneau de Pâques, surtout s’il est apprêté avec des épices moyen-orientales (cannelle, cardamome, anis étoilé).

Cordero di Montezemolo Monfalleto Barolo 2012

Ce vin est tellement atypique, ressortait tellement du lot par rapport aux autres vins dégustés, que je ne peux que le nommer dans les belles découvertes de cette dégustation. Des arômes de bonbons aux pêches (vous savez les petits « Fuzzy Peach » qu’on aime tant), et d’abricots le rendent unique. Élaboré dans du bois neuf, il a une belle rondeur et des tanins soyeux pour un vin de cette appellation. Je le verrais bien avec un pâté au sanglier et à l’abricot ou avec un canard à l’orange.

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Error: Access Token is not valid or has expired. Feed will not update.
This error message is only visible to WordPress admins

There's an issue with the Instagram Access Token that you are using. Please obtain a new Access Token on the plugin's Settings page.
If you continue to have an issue with your Access Token then please see this FAQ for more information.

Suivez-nous sur Instagram