Marie-Claude Di Lillo
mc@lecarnetdemc.ca

Ce week-end, ce sera loccasion de signifier à tous les papas de notre entourage quon les aime. Si vous avez envie de poser un geste de gratitude et damour pour la Fête des pères, mais que vous ne savez pas quoi leur offrir, optez pour un bon repas au restaurant. Ils apprécieront certainement ce moment de détente gourmand avec leurs proches. Pour vous guider dans vos choix, 5 suggestions de restos différents qui plairont assurément à lhomme !

Pourquoi pas un brunch ou même un lunch ?

 

Si comme le mien, votre père est plutôt un matinal qu’un couche-tard, amenez-le donc bruncher ou luncher ce samedi ou dimanche. Il n’en sera que plus heureux. Le mien roupille le soir au restaurant quand il est passé 19 heures !

 

Boswell Brasserie Artisanale : pour les « daddys cool » !

 

_photo brunch Boswell

 

Amener son père dans une brasserie le jour ? Pour en faire un alcoolique, me diriez-vous ? Rassurez-vous, même s’il y a de la bière, cette micro-brasserie ne sert pas que cela. Et pour notre plus grand bonheur, en plus ! La tendance en ce moment est justement au développement des micro-brasseries qui servent de bons repas, et même des brunchs. Pourquoi ne pas doubler votre plaisir, et celui de votre père ou de votre conjoint, en même temps ? Chez Boswell, on vous sert une très belle carte, créations culinaires du chef Ross Martin, un ex chef de brunch aux Enfants Terribles. Ces plats sont tout simplement savoureux. Produits locaux autant qu’ils peuvent, produits maison (dont leur magnifique saumon fumé), produits d’exception, etc., tous les ingrédients sont choisis avec soin et amalgamés de brillante façon pour créer des assiettes gourmandes Votre père n’aura que l’embarras du choix. Quelques items au menu qui m’ont séduite : leur Tartine de chèvre et prosciutto, œufs pochés, roquette, coulis de canneberges, ou leur Saumon fumé maison, beigne de seigle, fromage halloumi grillé, omelette nature, purée d’avocats, oignons marinés, radis, vinaigrette à la ciboulette, ou encore leur délicieux carré de maïs maison au noix, graines et fruits séchés,… rien que d’en parler j’en ai l’eau à la bouche ! Ce qui est intéressant c’est qu’on peut se laisser tenter pour une petite dégustation de bières de 4 oz, ce qui n’est pas énorme comme portion, parfait pour apprécier leur houblon. Parmi ces bières : une IPA, une Pale Ale et même une Stout au café ! Cette dernière se prend étonnamment bien le matin en remplacement du traditionnel café. Sinon, le mimosa fait avec de la bière à la levure de champagne, la Célébrante, est une autre option intéressante et c’est une bière locale.

 

_ photo bieres Boswell

 

Ouvert le dimanche seulement pour le brunch de 10 à 15 heures. Terrasse de 30 places. Réservations conseillées.

 

 

Birona Bar à hummus : pour les papas soucieux de leur santé !

 

_photo plats Birona

 

Vous avez envie de faire différent et d’amener votre père dans un endroit « chill » ? Ce comptoir méditerranéen à hummus, sandwichs et salades est la place ! De grandes tables en bois trônent dans la petite pièce qui sert de restaurant et les clients se les partagent. C’est un endroit où le gens s’installent et se sentent tout de suite à l’aise. On commande des plats de hummus différents (traditionnel, aux merguez, aux œufs pochés, aux bœuf haché, aux légumes, aux falafels, etc.,), des sandwichs (celui au schnitzel est un pur délice), des salades de quinoa, de légumes, de nouilles soba, « name it », ils l’ont !), et vous mettez tout cela au milieu de la table. Pour suivre la tradition méditerranéenne, on partage avec des pains azims ou des morceaux de pitas, et on se régale en famille ! Leur latte est très bon et le café est de bonne qualité. On aime l’ambiance qui rappelle celle d’un appartement. Au mur du fond, près du bar, sont accrochés plusieurs portraits; des photos de jeunesse des parents du chef Alon Biron, un Israëlien d’origine. On se sent un peu comme si on était en visite chez lui. Il sort d’ailleurs souvent de sa cuisine pour saluer et servir les gens. Le sens de l’hospitalité est vraiment une de ses qualités. Et pour un repas avec papa, c’est vraiment chouette de savoir qu’on est servis comme si on faisait partie de la famille.

 

_photo Birona ambiance

 

Ouvert pour les lunchs le vendredi et samedi, et dimanche, il y a toujours le brunch qui est si festif ! Si vous voulez offrir une option santé à votre papa, le régime méditerranéen est le meilleur choix. Vous pouvez aisément choisir que des plats maigres, végétariens, végétaliens, sans lactose, sans gluten même si vous le désirez, et sortir repus et satisfaits de ce resto. Une belle façon de rendre l’utile à l’agréable et de se soucier de la forme de votre papa !

 

Bar George : pour les papas raffinés !

 

_photo ambiance bar georges

 

Le Bar George n’est pas juste un bar, c’est aussi un restaurant qui est situé dans un, sinon LE plus bel hôtel de Montréal, le Mount Stephen Club. Le monument historique date de 1880, il est hyper bien conservé et garde son cachet au style victorien. La maison ayant appartenue à Sir George Stephen, offre tout une vue et toute une ambiance pour la clientèle. Ayant longtemps fait aussi office de club privé pour l’élite canadienne masculine, il offre aujourd’hui ses plus beaux atours librement à tout ceux et celles qui veulent venir y manger ou prendre un verre. Ouvert, il y a peine un mois, le restaurant offre une expérience inégalable. Si votre papa, est amateur d’histoire, de beaux endroits, nostalgique des traditions d’autrefois, ou juste curieux de voir ce qu’un groupe d’architecte talentueux (Métaphore Design) peut faire pour bien marier tradition et modernité, amenez-le là ! C’est comme manger dans un musée. Et je vous assure que le repas en vaut la peine ! Le chef Anthony Walsh, aidé du chef de cuisine Kevin Ramasawmy, ont réussi à vous concocter un menu raffiné inspiré des traditions culinaires britanniques, mais avec une twist moderne et des produits locaux, pour plus de fraîcheur.

 

_photo plats bar georges

 

Il reste des places pour le brunch ce dimanche. Pour les plats, des prix raisonnables et des choix à la carte. Réservations obligatoires.

 

Des soupers copieux et festifs

 

QDC, Queue de Cheval : pour les papas carnivores !

 

Crédit : Yavuz Photo

Crédit : Yavuz Photo

Le classique des classiques : emmener papa dévorer un bon steak de qualité dans une institution montréalaise. Car quand on pense gros steak et démesure, on pense QDC. Et quel steak ! Je vous assure que l’expérience en vaut la chandelle. Si papa veut essayer l’expérience ultime, le Rib Steak (ou entrecôte grillée) vieilli 65 jours dans une chambre froide sans lumière, et de qualité USDA Prime Rib, vaut à lui seul le détour ! Si votre père est un athlète de la fourchette, il pourra ingurgiter ce steak à lui tout seul en se délectant sa vie ! Mais s’il est plus raisonnable, il pourra le partager avec vous et comme cela, plus de gens en profiteront. Quand j’y suis allée la dernière fois, on s’est partagé ce mythique steak entre 4 personnes. Avec des entrées et des plats d’accompagnement, on était aux anges. Le steak coûte à lui seul plus de 100,00$ donc, quand il est partagé, il permet d’avaler un peu mieux la facture salée (qui est tout à fait méritée à mon avis pour le soin qu’on lui apporte). Pour le souper du dimanche de la Fête des pères, le restaurant offre une promo : achetez deux steaks (n’importe lesquels) et obtenez un steak Q (le steak épicé de la maison) gratuit. Une bonne raison d’amener le mari et frérot aussi vivre l’expérience ultime des carnivores convaincus.

 

_photo ambiance QDC

 

En terminant, si vous n’y aviez pas mis les pieds depuis son déménagement sur la rue de la Montagne, vous en profiterez pour admirer le nouveau décor du QDC. Un design épuré et classique, qui est beaucoup moins empreint de testostérone que celui du dernier restaurant sur René-Lévesque. Mais rassurez vous, le bar à cru, huîtres et caviar, y trône toujours en roi et maître. Et le champagne continue de couler à flot ! Ambiance festive garantie !

 

Nouveaux restos à essayer

Si votre père aime essayer des nouveaux trucs, on vous propose de l’emmener dans un de ces nouveaux restos que peu de gens encore connaissent, puisqu’ils viennent à peine d’ouvrir.

 

Tangia Bar Restaurant Marocain : pour les papas qui aiment lexotisme

 

Crédit : photos Ariane SP

Crédit : photos Ariane SP

Une expérience à la marocaine, relaxe et gourmande, c’est à cela que vous pouvez vous attendre chez Tangia. Situé dans les anciens locaux d’Ariel restaurant, le chef propriétaire Dan Medalsy a décidé d’en changer complètement le concept. L’endroit ne paye pas de mine de l’extérieur, coincé entre le bâtiment de Cossette et un autre établissement commercial, on y entre par une porte qui donne sur le sous-sol. Mais dès qu’on passe le pas de la porte, on a vraiment l’impression de découvrir la caverne d’Ali-Baba ! Des coussins disposés sur une corde à linge au mur, des cadres aux arabesques mauresques et des murs de briques tout le tour renforce l’idée de caverne moderne. Mais le petit trésor de cet endroit fantastique, c’est la petite cour intérieure avec son puits de lumière. Un petit bijou qui rappelle les restos de la Medina.

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Côté bouffe, on y va pour le menu découvertes qui permet une expérience sensorielle conviviale. Au menu, des hummus parfumés de harissa et de fines herbes, des délicates salades de carottes aux raisins et à la fleur d’oranger, des aubergines en purée aux tomates, des pastillas (genre de rouleaux frits fourrés au poulet), du bœuf braisé, du couscous (il y en même une version au quinoa !), des brochettes de veau, du labneh (yaourt plus épais), etc. Une suite de multiples petits plats délicatement cuisinés, élégamment parfumés et joliment présentés, c’est ce que ce menu dégustation vous offre. En plus, c’est le resto idéal pour partager les plats avec papa. On aime : ici, l’ail est utilisé avec parcimonie, et nos estomacs l’apprécient. Il faut dire que le chef a une base en cuisine très classique. Vous rappelez-vous, pour les plus vieux, des Caprices de Nicolas ? C’était le même proprio derrière. Attendez-vous à une expérience sensorielle toute en nuances et en finesse.

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Ouvert du mardi au samedi. Essayez leur magnifiques cocktails signature à base, entre autres, de mahia, cet eau de vie de figues typiquement marocaine et parfumés à l’eau d’oranger, au sirop de cardamone ou de pomme grenade… hmmmm, vous m’en direz des nouvelles ! Inch Allah !

 

 

Kozu Brasserie Asiatique : pour les papas en quête de découvertes !

 

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

 

Dans un tout autre style, Kozu offre une expérience gustative d’inspiration asiatique dans une ambiance typique de brasserie. Une belle idée de sortie pour papa où il se régalera sans que vous ayez à débourser la totale. Si vous connaissez le restaurant Jatoba, Kozu est son petit frère. Le chef qui signe la carte du menu des deux restaurants est le talentueux Olivier Vigneault (ex chef de cuisine de Park restaurant). Ceux qui sont habitués au Jatoba, y retrouveront la même finesse dans la préparation des plats, le même savant mélange des saveurs et la même expertise dans la présentation des assiettes, mais à prix beaucoup moins coûteux. Le menu est composé de plats à mi-chemin entre le tapas et le plat principal, ce qui fait que c’est idéal pour commander plusieurs assiettes et se les partager. Une formule conviviale qui plaira à papa, puisqu’il partagera cette expérience gustative en même temps que vous. Le menu se décline en 4 sections : « dumplings et riz », « salades, légumes, tofu », « poissons » et « viandes ». Je vous conseille d’aller piger quelques plats dans chacune de ces sections. De toute manière chaque plat coûte environ entre 10,00 et 20,00 dollars en moyenne, un peu plus pour les plats de morue noire, de thon rouge qualité « blue fin » et le filet mignon, par exemple. Des must à essayer ? Comme entrée, les gyosas (genre de dumplings grillés au porc et aux crevettes) sont délicieux. La salade de mangue et de papaye verte, ou « Kozu slaw », est rafraîchissante et exquise. Côté poissons et viandes, vous ne pouvez partir sans goûter le plat de morue noire marinée au chogo miso, qui lui donne un petit goût sucré-salé très particulier et qui fond littéralement dans la bouche, ainsi que le tataki de thon rouge saisi, d’une rare délicatesse en bouche. Côté viande, les rouleaux de canard confit sont fous fous fous, et trempés dans la petite sauce hoisin qui les accompagne, c’est une fête pour les sens ! Je vous recommande aussi le poulet croustillant (une spécialité vietnamienne) ou le tataki de bœuf 1855, d’une qualité exceptionnelle.

 

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Crédit : photo Ariane SP

Les plats s’inspirent des traditions culinaires japonaises, vietnamiennes et coréennes, surtout. Pour boire, une belle carte de cocktails offre des options intéressantes. Mais le plus top, c’est le choix de sakés qui est impressionnant. Pour les amateurs, c’est le paradis. Côté ambiance, l’endroit est assez bruyant, mais cela ajoute au côté sympa et convivial de l’expérience. Après tout, c’est une vraie brasserie ! Et si papa aime l’action et goûter à plusieurs plats, il en sera ravi.

 

En terminant, quelle que soit la place où vous amènerez votre papa, sachez que c’est l’intention qui compte. Il n’est pas nécessaire de dépenser des fortunes ou de se lancer dans des grandes sorties compliquées pour plaire à nos proches. Respectez le style et l’envie de celui dont vous voulez célébrer la fête et rappelez-vous que l’important, c’est d’être avec lui pour partager un beau moment gourmand ! Joyeuses fêtes des Pères à tous les papas, et en particulier au mien que j’adore !

 

 

 

 

 

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Suivez-nous sur Instagram