Marie-Claude Di Lillo
mc@lecarnetdemc.ca

L’Argentine est un pays fascinant, tant pour la beauté de ses paysages, que pour ses vins et sa gastronomie. Depuis une vingtaine d’années, entre autres, les vins argentins ont explosé sur la planète vinicole, attirant l’attention des grands critiques comme Robert Parker, pour leur qualité indéniable. Ce n’est pas pour rien que le plus grand œnologue du monde, Michel Rolland, a voulu y planter un vignoble!

***

Il y a à peine une semaine une soirée thématique, mettant en vedette les vins et la cuisine d’Argentine, a eu lieu dans les locaux de Dock619. Une soirée où le chef Hugo Saint-Jacques de Zeste TV avait préparé des plats typiques et où le chroniqueur vin de The Montreal Gazette, Bill Zacharkiw a présenté un survol de l’Argentine viticole d’aujourd’hui.

_Bill et Hugo

_Photo empanada

 

_photo vins et table mets argentins

 

Dans son exposé Zacharkiw a attiré l’attention sur le fait que depuis une vingtaine d’années le pays avait pris son envol au point de vue qualitatif et produisait maintenant des vins super élégants, et non plus des vins hyper costauds, boisés et avec beaucoup d’extraction.

 

_carte argentine

 

On le sait l’Argentine est un pays qui peut atteindre des chaleurs étouffantes l’été (entre les mois de novembre et de février) à certains endroits comme à Buenos Aires ou Mendoza, par exemple. Heureusement, les Argentins ont mis au point des techniques d’irrigation pour pallier à la sécheresse. Mais, plus que tout, a expliqué le journaliste dans son allocution, les Argentins ont compris que l’altitude était un facteur très important pour obtenir des vins frais, élégants et avec un fruit juteux, sans être trop mûr. De plus, une nouvelle notion est apparue dans leur vocabulaire : la notion de « terroir ». S’en est suivi une approche différente dans la production de vins, avec des résultats plus qu’appréciables !

 

Bassin d'irrigation dans la Vallee de Uco.

Bassin d’irrigation dans la Vallee de Uco.

 

Géographie

Le territoire du pays s’étend sur le long. Le traverser voudrait dire sillonner près de 10 000 km sous différentes altitudes variant de 100 à 7 000 mètres et des climats changeant d’un endroit à un autre (désertique, semi-désertique, subtropical, océanique, froid et tempéré). La Cordillère des Andes, cette haute chaîne des montagnes, le traverse de long en large et son point culminant est le Mont Aconcagua. Saviez-vous que l’Argentine détient le record du plus haut vignoble du monde ? Il se situe dans la région de Salta. Le vignoble Cafayate s’élève à 3000 mètres au dessus de l’Océan et on y produit d’excellents vins blancs aromatiques issus de torrontès, un cépage local !

 

_photo desert Argentine

 

Une grande variété de vins

La chaîne de montagnes est une barrière naturelle et est aussi une bénédiction pour les vignobles qui cherchent un peu de vent frais pour rafraîchir leurs vignes. Bien entendu, ce se sont pas tous les endroits qui sont propices à la production de vin, ni à la production de tous les cépages. Certains lieux sont meilleurs pour les blancs, et d’autres pour les rouges (qui comporte 75 % des vins argentins).

 

Photo du vignoble Zuccardi dans la Vallée de UCO

Photo du vignoble Zuccardi dans la Vallée de UCO

_photo plusieurs vins argentins

 

Pour Gabrielle Pastre, sommelière au restaurant Les Cavistes, le pays est est une vraie mine d’or en terme de production vinicole. La gagnante du Concours des Vins Argentins a eu la chance de visiter trois endroits complètement distincts, Buenos Aires, Salta (dans les hauteurs des montagnes) et la plaine centrale de Mendoza d’où provient 70 % de la production vinicole du pays. Ce qui l’a frappé c’est la diversité de sols, de climats et d’altitudes, mais aussi la multitude de cépages et de types de vins qu’on peut produire dans ce vaste pays : « Nous avons tous cette idée que l’Argentine se résume à deux cépages, le malbec et le torrontés. Bien sûr les deux cépages ‘’stars’’ de l’Argentine sont présents dans les vignobles, tout comme le cabernet sauvignon, le cabernet franc, le chardonnay et le sauvignon blanc. Mais fait intéressant, on y produit aussi une panoplie d’autres cépages moins connus, comme le bonarda, par exemple. »

 

Gabrielle Plastre, sommelière et gagnante du Concours des Vins Argentins 2016.

Gabrielle Plastre, sommelière et gagnante du Concours des Vins Argentins 2016.

 

Quand on lui demande ses coups de cœur en matière de vins argentins, elle répond : « Ils proviennent de 4 cépages atypiques : un sémillon et un pinot noir de la Patagonie, un riesling de Mendoza et une syrah de Cafayate. L’Argentine gagne à sortir des chemins battus et ses 4 vins en sont la preuve! Par contre, je ne crache pas sur leur héritage, le malbec argentin est sublime ! Spécialement en altitude où il va puiser sa fraîcheur et la subtilité de ses arômes. »

 

Le malbec : vin emblématique d’Argentine

Le malbec, même si on le retrouve aussi dans le Sud de la France (à Cahors surtout et dans le Bordelais), s’est tout de suite plu en Argentine. C’est devenu au fil du temps, avec la reconnaissance des grands marchés internationaux, le cépage emblématique d’Argentine, et ce même s’il ne représente qu’un tiers de la production vinicole du pays. Le malbec produit il y a 20 ans était lourd et avec beaucoup d’extraction tannique. Aujourd’hui, plusieurs maisons comme Zuccardi, Catena, Nieto Senetiner, ou Trapiche, pour n’en donner que quelques exemples, en font des vins avec beaucoup d’élégance qui traversent le temps avec brio mais qui peuvent se boire aussi maintenant grâce à la souplesse de leurs tannins. Le malbec se décrit comme un vin aux arômes de violette, d’épices et de petites baies rouges et noires (cassis, entre autres). C’est vraiment un must à découvrir parmi les vins de ce pays.

 

_photo Malbecs 

Une identité propre au terroir

Les nouveaux vignerons qui cultivent et vinifient la vigne, ont une autre approche par rapport à leurs prédécesseurs. Entre autres idéologies, ils veulent que leur vin exprime pleinement le terroir d’où il provient. Pour se faire, ils utilisent un minimum de bois neuf, et privilégient le fruit dans toute sa splendeur. Ils vinifient aussi plus tôt et positionnent leurs vignes dans les endroits où la fraîcheur est plus présente. Ils obtiennent ainsi des vins aux tannins plus élégants. Certains, comme c’est le cas avec les Zuccardi, recherche des sols avec certaines propriétés, pour donner minéralité à leurs vins.

_photo calcaire

Sebastian Zuccardi, montrant les particularités du terroir.

Sebastian Zuccardi, montrant les particularités du terroir.

D’autres encore, poussent leurs méthodes jusqu’à devenir essentiellement bio. Gabrielle, a justement constaté cela lors de son voyage en Argentine : « Certains utilisent aucun pesticide ni fongicide pour combattre les maladies de la vigne, les rendant de ce fait même bio. Il faut dire que le sol désertique de certains endroits de la grande région de Mendoza est exempt de certains parasites présents dans d’autres types de sols ou de climats. » Se faisant, les vignerons préservent l’éco-système, si fragile aujourd’hui et si important de garder en santé pour l’agriculture avoisinante.

_photo beatil et desert

 

Elle ajoute que pour donner fraîcheur aux vignes, plusieurs usent de certaines méthodes originales : « La conduite de la vigne est aussi différente. Comme la chaleur est étouffante en été, puisqu’on est prêt de l’Équateur, beaucoup des vignes sont encore conduites en pergolas (loin du sol, le feuillage recouvrant le raisin) offrant une protection contre le soleil aux cépages ».

_photo en hauteur vignes

_vignes en pergola

 

Pour toutes ces raisons, les vins argentins sont synonymes de qualité partout dans le monde. Et boire un vin argentin, c’est découvrir une autre palette de goûts et d’arômes uniques à ce terroir splendide.

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Suivez-nous sur Instagram