Marie-Claude Di Lillo
mc@lecarnetdemc.ca

Le pays est enfin prêt à vous recevoir après le passage d’Irma. Pour un séjour de qualité, optez pour le Royalton Cayo Santa Maria, qui pourrait bien changer votre perspective de la qualité des hôtels du pays. Cuba Sì !

 _Cuba intro

 

Cette escapade a été rendue possible grâce au voyagiste Sunwing qui m’a invitée au Royalton Cayo Santa Maria, avec trois de mes collègues, pour juger de l’état des lieux.

 

On se souvient tous de l’ouragan Irma passé en septembre dernier. La tempête la plus dévastatrice que l’Occident ait connue depuis longtemps avec des vents atteignant plus de 300 kilomètres heure. Plusieurs îles avaient été gravement touchées (dont celle de Saint-Martin, réduite à néant). Alors, quand Sunwing m’a proposé en novembre de faire un tour du côté de Cayo Santa Maria, j’étais vraiment curieuse d’aller vérifier si effectivement, comme les organisateurs du voyage le prétendaient, Cuba s’était bien remis de cet après apocalypse. Je voulais profiter aussi de ce voyage pour vérifier certaines choses, comme s’il existait des hôtels plus luxueux à Cuba, l’équivalent des cinq étoiles de la République Dominicaine, par exemple. Et si ces hôtels pouvaient répondre aujourd’hui aux besoins d’une clientèle d’épicuriens de plus en plus avertis. Alors, ne reculant devant rien, je suis allée en éclaireur et je vous livre ici mes impressions !

 

_Photo 1 Cuba 

 

La destination chouchou des Québécois

 

En acceptant l’offre de Sunwing, j’espérais en mon for intérieur que les installations touristiques et les attraits de l’endroit n’avaient pas été trop endommagés après le passage d’Irma, surtout parce que j’aime d’amour ce pays et ces gens. Comme beaucoup d’entre vous, Cuba reste une de mes destinations chouchou. Quand je pense à ce pays, je pense aux kilomètres de plages blanches immaculées, à une mer cristalline (parmi les plus belles qui m’ont été donné de voir) et à un environnement propre partout où on passe (hôtel, plages, routes, jardins).  J’avais envie de voir si tout cela existait encore après que l’endroit eût connu les affres de Mère Nature.

 

Sur la route entre l’aéroport et l’hôtel 

 

_route Cuba 1

 

La destination venait à peine d’être réouverte pour les touristes et on m’assurait que tout était fin prêt pour accueillir les gens. Les routes étaient ouvertes, les plages avaient été nettoyées, et l’hôtel avait dû subir de légères rénovations, notamment sur les toits des bâtiments principaux qui avaient perdu quelques bardeaux. Mais maintenant, tout était au beau fixe. Même qu’apparemment, le passage d’Irma à Cuba aurait ramené plus de sable sur les plages, les agrandissant par le fait même. Un avantage non négligeable que, malheureusement, les autres endroits touchés par le célèbre ouragan n’auraient pas eu.

Je n’avais jamais mis les pieds à Cayo Santa Maria avant. Seulement à Varadero et à la Havane. J’étais curieuse de voir ce que cette petite île, reliée au continent par des routes, avait à offrir.

 

_route de l'autobus

 

Première constatation : sur le chemin parcouru par notre autobus entre l’aéroport de Santa Clara et notre hôtel, les routes étaient belles, lisses (contrairement au Québec !) … et propres. Aucun débris ne jonchait sur le chemin. Les palmiers bordant la route, ne semblaient pas trop amochés. C’est comme si rien n’avait eu lieu, en fait.

 

Cayo Santa Maria

 

_Batiment et stan autobus Cuba

 

Nous avons fait un voyage de presque deux heures en voiture pour nous rendre dans la petite zone hôtelière que forme le village de Cayo Santa Maria. Une route longue, mais qui a été un vrai charme. Par la fenêtre, nous pouvions apercevoir des petites maisons et quelques marécages où la vie animale est préservée. Puis, après environ une heure et demie de route, un petit village semblait pointer à l’horizon. Il faut savoir que, contrairement à Varadero, Cayo Santa Maria été aménagé pour les touristes. Aucuns locaux ne vivent là. Les ouvriers et les employés des hôtels sont, en partie, logés à une trentaine de kilomètres de la zone hôtelière, dans des immeubles construits pour eux par le gouvernement cubain. Ce sont ces habitations louées aux employés de service que nous apercevions de la route. Un sentiment de calme et d’ordre y régnait

 

_deux maisons Cuba employés

 

_Maisons employes cote

 

L’expérience Sunwing au Royalton Cayo Santa Maria

 

_Royalton Cuba

 

Arrivés devant l’hôtel cinq étoiles Royalton Cayo Santa Maria, une des propriétés gérées par Sunwing en partenariat avec des propriétaires cubains, nous avons été accueillis par des employés souriants qui nous tendaient gentiment un verre de mousseux…

 

_ verre de champagne

 

Cela donna le ton au reste de notre séjour. En effet, l’équipe d’employés au grand complet s‘est avérée être d’une serviabilité et d’une gentillesse exemplaires. Ce qui a confirmé du coup ce que j’avais comme perception des Cubains lors de mon premier voyage qui remonte à environ 10 ans : un peuple particulièrement attentionné et qui ne semble rien attendre en retour.

Déjà, cela aide grandement à se sentir en vacances et surtout, en confiance.

 

Les installations du Royalton

 

_Hall dentree

 

Ma dernière expérience à Cuba avait été dans un vieux quatre étoiles et je dois avouer que quelques ingrédients manquaient à mon bonheur. Particulièrement l’esthétique des lieux, qui étaient assez modestes et les chambres qui étaient assez «standard» merci.  Quelle ne fût pas ma surprise de découvrir en arrivant un hôtel splendide récent  (il doit avoir de 3 à 5 ans pas plus) qui rappelle les hôtels boutiques par son élégance et par le fait que ce n’est pas un très gros complexe. J’ai tout de suite eu un coup de cœur pour la décoration, minimaliste et raffinée avec ces voiles blancs et diaphanes et l’utilisation de matériaux nobles : marbre, bois, osier, dans les constructions.

 

_piscine

_piscine de cote

 

Les vedettes sont sans contredit les deux grandes piscines au centre de l’hôtel, qu’on peut apercevoir dès le hall d’entrée. Des piscines qui s‘arriment avec la ligne d’horizon. Juste wow ! Le bar tout à côté est invitant et les petites cabanas autour de la piscine donnent du chic à l’endroit. Plus tard, c’est devenu un rituel pour moi à tous les après-midis de venir déguster un délicieux (oh oui!) pina colada ou un mojito à ce bar, ou directement allongée sur un lit de céramique dans la piscine. Vous pouvez même vous faire donner un massage par un thérapeute expérimenté, en-dessous d’un petit cabana installé devant la piscine, pour seulement 30 dollars US ! L’impression de vivre le grand luxe à prix doux !

 

_pina colada

 

_petit bar

 

La plage de l’hôtel

 

_petit pont en bois

moi

 

En descendant les quelques marches et en suivant le petit pont en bois rustique qui mène à la plage, je découvre une belle étendue de sable blanc et lisse ainsi qu’une mer d’eau turquoise entrecoupée de vagues modérément fortes. Une journée venteuse, tout à fait normale pour l’hiver cubain. Mais cela ne m’a pas empêchée de profiter de la baignade, dans cette eau transparente et juste assez rafraîchissante. La mer, fidèle à mes souvenirs, était toujours aussi extraordinaire avec ses eaux cristallines.

 

eaux

_photo pied

 

Et on pouvait aussi la contempler de nos cabanas, bien abrités et vautrés dans nos chaises longues (un must de cet hôtel offert pour tous les clients).

 

_palapas

_moi et palapa

 

Puis, j’ai décidé de faire une longue marche sur la plage. Durant ce moment de bonheur contemplatif, une autre constatation me vint : celle-ci était relativement propre. Pas un débris, pas une cochonnerie, juste un peu d’amoncellements d’algues, comme c’est souvent le cas. Tous les débris avait soigneusement été ramassés. Je me disais que le fait que cet endroit était réservé aux touristes avait sûrement incité les autorités du pays, ainsi que les administrateurs d’hôtels, à accorder une grande priorité au nettoyage de la plage.

 

_plage soir moi

 

À tous ceux qui aiment aller marcher seuls en admirant la mer et en parcourant des kilomètres sur le sable blanc, sachez que vous êtes assurément au meilleur endroit du monde pour cela. D’abord parce que vous serez en paix. Vous ne rencontrerez pas beaucoup de gens; quelques hôtels sont bien compris dans la zone hôtelière, mais assez éloignés les uns des autres et pas très nombreux (cinq en tout je crois) pour qu’on ne puisse pas croiser une foule de marcheurs. De plus, les locaux ne sont pas admis sur la plage de la zone hôtelière, réservée seulement pour les touristes. Ensuite, c’est super sécuritaire parce que quelques gardiens, embauchés par le gouvernement et par les hôtels, veillent au grain. Donc pas de soucis, laissez-vous aller et profitez de votre marche paisiblement.

Ensuite, revenez prendre un verre en regardant le coucher de soleil du bar situé non loin de la plage. Un «must do» !

 

 

_bar jour

Bar nuit

Les chambres

Je ne sais pas pour vous, mais en prenant de l’âge (je ne suis pas vieille mais j’aime de plus en plus le confort!) j’apprécie de plus en plus les belles chambres : la décoration soignée, l’impression de neuf dans le mobilier et les petits plus, ces accessoires qui rendent notre expérience des plus mémorables. Je dois dire que parmi les choses les plus remarquables de cet hôtel, outre la plage,  la mer, la piscine, l’esthétique des bâtiments et du décor, les chambres font assurément partie du lot. Ce sont toutes de petites suites. Elles sont spacieuses, bien décorées, et elles ont toutes un magnifique bain ainsi qu’une douche. On sent que l’étoile de plus, entre un quatre et un cinq étoiles, prend tout son sens ici. En plus, un kit de beauté, savons, sels de bain et gels de douche vous attendent dans une jolie pochette posée sur le bain. Un petit plus, c’est certain. Pour ce qui est du lit, il est spacieux et les matelas sont neufs et très confortables. Idem pour les oreillers. Je dois dire que j’y ai très bien dormi et j’en ai même profité pour rattraper quelques heures de sommeil durant mon séjour.

chambre

photo bain

 

serviette

vue balcom

 

Ce que j’ai particulièrement aimé aussi, c’est le fait que les chambres sont situées dans de petits bungalows, des villas à deux étages qui rappellent les maisons de bord de mer des Caraïbes. C’est un complexe intime avec seulement 122 chambres,  et un majordome par villa pour répondre à toutes nos petites demandes et nous remettre nos serviettes de plage. Du service personnalisé !

_bungalow

 

La question qui tue : Est-ce qu’on y mange bien?

 

La question que l’on va me poser certainement, et que bien sûr en bonne épicurienne je me suis fait un devoir de vérifier, c’est : est-ce qu’on mange bien sur ce complexe cubain?

Malheureusement, ma dernière expérience à Cuba en ce sens, n’avait pas du tout été concluante. De fait, je me suis demandé si être dans un cinq étoiles pouvait changer la donne et améliorer sensiblement le niveau des repas servis.

 

Prise en photo avec le chef exécutif du Royalton Cayo Santa Maria

Prise en photo avec le chef exécutif du Royalton Cayo Santa Maria

 

J’ai découvert, en tous cas, qu’au Royalton, la qualité et la diversité de la nourriture semblaient être des priorités. À preuve, la petite discussion que j’ai eue avec le chef Magdiel Morales, qui est nouvellement en place depuis la réouverture du complexe fin novembre. Ce chef d’origine mexicaine a été transféré de l’hôtel Royalton en Jamaïque vers celui-ci. Il m’a expliqué qu’il avait demandé lui-même de venir à Cuba pour relever un défi de chef. Il m’a raconté qu’il avait envie de travailler avec les produits locaux qu’il trouverait sur place, et il s‘était donné comme mission de présenter une offre gastronomique des plus créatives et des plus délicieuses. Il est conscient, dit-il, que le choix de certains produits à Cuba est limité et qu’il y a des quotas sur d’autres. Mais il trouve motivant d’avoir à créer tous les jours pour travailler avec ce qu’il reçoit. Sa grande expérience en tant que chef exécutif corporatif dans de grands hôtels est certainement un atout non négligeable pour l’hôtel de Cayo Santa Maria.

 

Les plats

 

Je vous laisse d’abord le soin de juger d’abord vous-même de la qualité de la présentation des plats.

 

coupe entree

_langouste

 

Ce que je peux dire, c’est que c’est nettement meilleur que les autres restaurants qu’il m’a été donné d’essayer dans les autres complexes de Cuba, lors de mes dernières visites. De plus, on a le droit a plus de variétés de plats. On sent ici la volonté d’offrir une cuisine soignée et faite de produits frais du pays. La langouste est offerte certains soirs au menu, sans avoir à débourser un extra. Et ça, c’est très chouette ! De plus, au snack-bar, on peut déguster une version de la poutine italienne, ma foi, vraiment pas mauvaise !

 

poutine

 

Le complexe offre en tout 3 restaurants. Avec une offre à la carte ou l’option buffet pour le petit-déjeuner seulement. Nous n’avons pas eu la chance d’essayer les trois restos du complexe pour le souper, seulement le Senses, là où notre chef s’exprime le plus. C’est un resto qui se dit «fusion» car il intègre vaguement des influences d’ailleurs, asiatiques notamment.

Je dois ajouter que le matin, au restaurant, le buffet m’a agréablement surprise. On y trouve notamment de très bonnes charcuteries italiennes (de l’excellent prosciutto, par exemple), des churros, du dulce de leche, des petites crêpes délicieuses et de très bons cafés, comme des capuccino faits avec une machine italienne. En plus, on offre du très bon Cava à volonté au petit-déjeûner, en mimosa ou nature. De plus, si on choisit de manger dehors, la vue est très agréable !

 

Cafe

vue au petit dej

Les vins : le choix le plus étonnant!

 

 

_vins

 

Vraiment, ce qui m’a le plus surprise dans l’offre gastronomique, c’est le choix de vins ! C’est le meilleur choix de vins trouvé dans un complexe hôtelier dans le Sud, «ever» ! Sérieusement. Je n’en revenais pas. Les vins au verre rouges et blancs sont plus que potables, ils sont bons! Des vins de table très corrects, pas sucrés comme dans beaucoup d’hôtels même cinq étoiles. Un choix impressionnant de vins à la bouteille est aussi offert (des vins d’Espagne et du Chili surtout) dans les restaurants à la carte (3), moyennant un supplément.

 

Les petits moins

 

Comme partout ailleurs, il y a des petites choses qui nous plaisent moins. Le seul hic véritable de l’hôtel, mais cela s’applique à tout Cuba, concerne l’internet et le wi-fi. En effet, le réseau internet est gratuit seulement dans le lobby de l’hôtel et il n’est pas toujours fiable. Pour naviguer sur le net ou interagir sur les médias sociaux ailleurs qu’au lobby, il faut acheter des minutes à la carte… Ouais, Cuba n’a pas suivi la même courbe d’évolution sur ce point que les autres pays du monde et cela ne risque pas de changer bientôt.

De plus, cet hôtel est fait pour les gens qui apprécient le calme. Il faut quand même le savoir car il n’y a pas vraiment d’animation sur le site du complexe. Les seuls petits spectacles sont donnés par des musiciens qui viennent parfois dans le hall d’entrée donner une prestation, ou dans les restaurants le soir.

Les musiciens du hall

 

musicien

 

Par contre, sachez que si vous aimez le confort et le luxe que peut offrir le Royalton, mais vous voulez un peu plus d’animation le soir, vous pouvez toujours sortir manger ou aller voir un spectacle dans un des autres hôtels du groupe comme le Memories Paraiso, le Grand Memories, le Starfish et le Sanctuary. Mais ce n’est pas possible de faire l’inverse.

 

Un bon plan

Peu de gens le savent, mais pas très loin de l’hôtel il y a un petit centre d’affaires appelé Pueblo Estrella, où une salle de spectacle, un bar et de petits magasins se trouvent.  Tous les lundis, vous pouvez acheter des billets au coût de 30 dollars US environ pour voir et entendre le légendaire groupe cubain Buena Vista Social Club qui se produit dans cette salle de spectacle. Une chance en or de les voir se produire «live» dans leur pays !

 

Quoi faire comme activités ?

 

Si vous êtes comme moi et qu’après deux jours de plage vous mourrez d’envie de faire des activités, outre les sports nautiques, sachez que de belles excursions peuvent vous être offertes. C’est une autre des choses que j’ai voulu découvrir en venant à Cayo Santa Maria, l’offre de visites culturelles intéressantes dans les alentours. Bon, il y a bien La Havane, mais c’est quand même à plus de trois heures de route de Cayo Santa Maria.

Alors bonne nouvelle : En allant là bas, j’ai fait deux belles découvertes : la première c’est une ballade dans la ville de Remedios, une ville qui date du XVIe siècle et qui garde un charme inexprimable avec ses façades colorées si Intagrammables !  De plus, on y croise toutes sortes de vieilles bagnoles qui datent du temps où Cuba était peuplé de riches américains. On s’est beaucoup amusés à se faire photographier sur les murs ancestraux de cette ville, mes collègues et moi, et nourrir par le fait même nos médias sociaux de jolies photos ! C’est aussi un excellent endroit pour faire un peu de shopping puisqu’il y a un petit marché artisanal au coeur de la place, non loin de la cathédrale. J’y ai trouvé un magnifique t-shirt iconique, que vous verrez plus bas.

 

remedios

rue auto

second one

third one

 

Et la deuxième, c’est partir sur les traces de la légende de la Révolution cubaine, et j’ai nommé : Ché Guevara ! En effet, Sunwing propose une excursion d’une journée combinant la ville historique de Remedios et celle de Santa Clara, berceau de la révolution cubaine. Dans cette ville, on propose entre autres une visite au musée qui rend hommage aux héros de la révolution et où on peut trouver la tombe du Ché. Durant cette journée, vous vous plongerez dans l’histoire qui a façonné Cuba depuis l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro. Vous comprendrez ainsi mieux la richesse culturelle de ce pays fier et noble. Vous aurez aussi la chance de goûter à des spécialités culinaires locales dans un établissement historique qui date de l’époque de la Renaissance. Un très bon repas vous y attend. Définitivement, une excursion haute en couleurs et en saveurs !

che

musee

resto jardin

rue santa clara

moi che

 

En résumé :

J’ai vraiment adoré Cayo Santa Maria et l’hôtel Royalton. Tout était parfait. Pas la moindre trace de problème relié aux dommages causés par l’ouragan passé. Et en regardant les prix pour ce combo vacances, pour toutes saisons confondues, je me suis rendue compte que ce qu’on obtient à cet hôtel, versus un autre hôtel du même standard ailleurs dans le Sud, est vraiment beaucoup plus intéressant. Autrement dit, si on cherche du luxe et qu’on ne veut pas payer 2 000 dollars la semaine, Cayo Santa Maria et son Royalton cinq étoiles est le choix qui convient le mieux. De plus, l’argent que vous sauverez, vous pourrez le mettre sur l’achat de bouteilles de vins haut de gamme ou, pourquoi pas, pour manger de la langouste tous les jours à l’hôtel !

Truc pour voyageur avisé

Pour optimiser votre expérience voyage comme réserver à l’avance vos excursions ou même obtenir certains avantages, des rabais ou des appels outre-mer gratuits, téléchargez l’application Sunwing, disponible sur Apple Store et sur Android.

 

Pour connaître tous les avantages reliés à cet application, cliquer ici.

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Error: Access Token is not valid or has expired. Feed will not update.
This error message is only visible to WordPress admins

There's an issue with the Instagram Access Token that you are using. Please obtain a new Access Token on the plugin's Settings page.
If you continue to have an issue with your Access Token then please see this FAQ for more information.

Suivez-nous sur Instagram