Marie-Claude Di Lillo
mc@lecarnetdemc.ca

À peine revenue d’un voyage au cœur de la région du Val de Loire, j’ai eu envie de vous partager mes coups de cœur sur les vins dégustés, les régions, mais aussi les gens qui y habitent. Des rencontres formidables avec des vignerons passionnés, sympathiques et chaleureux, et une diversité étonnante de vins sur le même terroir; c’est l’agréable constat que je fais de la Loire. Retour sur certaines régions, domaines et vins qui m’ont marquée.

 

 Région nantaise et son muscadet

 

Nous avons commencé notre voyage en Loire en arrivant à Nantes. La ville est relativement importante avec ses 300 000 habitants. Elle a un certain charme, combinant modernité et vestiges du passé. À ce propos, on y trouve un château médiéval en son sein, en plein-cœur de son centre-ville : le Château des Ducs de Bretagne qu’on peut visiter.

 

 

La région nantaise est la première du Val de Loire à avoir connu la naissance de la viticulture, puisque ce seraient les Romains à l’Antiquité qui y auraient planté les premières vignes, contrairement aux autres régions du Val de Loire qui ont dû attendre le Ve siècle. En ce qui concerne son sol, celui-ci est constitué de roches éruptives et métamorphiques du Massif armoricain. Des caractéristiques qui confèrent une belle minéralité aux vins.

 

Climat

 

 

Le « Pays nantais » comme on l’appelle, a aussi ceci de particulier : c’est la seule région à proximité de l’océan Atlantique. Son climat est qualifié de « tempéré océanique », surtout sur sa partie sud. Les hivers sont doux (min 1 °C / max 9 °C en moyenne) et pluvieux. Les étés, eux, sont beaux et chauds (min 17 °C / max 35 °C), et les canicules ne sont pas rares. Sur l’ensemble de l’année, les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Ce climat est très favorable à la végétation comme en témoignent les nombreux parcs et jardins nantais, et les raisins y foisonnent !

 

 

Vins de la région nantaise

 

 

La région nantaise est le pays du muscadet, un vin blanc que l’on produit à partir d’un seul cépage : le melon de Bourgogne. Je dois dire que n’ai jamais été une fan de muscadet avant de venir en Loire. Un vin que je trouvais sans personnalité, minéral mais sans plus. Au Québec, on a l’habitude de le prendre en accord avec des huîtres, sans trop se casser la tête. Ma perspective de ce vin allait changer avec une rencontre déterminante…

 

 

Jean Michel Poiron du Château Thébaud

 

 

 

Premier vignoble visité : Le Domaine Poiron-Dabin. Un vignoble situé à 15 km à peine au sud de Nantes sur la prestigieuse commune de Château-Thébaud au cœur de l’appellation Muscadet Sèvre-et-Maine. Bien entendu, on y fait pousser en majorité du melon de Bourgogne pour produire les muscadets, mais on peut aussi retrouver sur le vignoble du pinot gris, du pinot noir, du fié gris, du côt malbec, du berligou, du petit manseng, du gewurztraminer, et j’en passe. En tout il n’y a pas moins de 15 cépages plantés sur la propriété !

 


Jean-Michel Poiron dans ses vignes.
Arrivés dans le petit bâtiment où on fait les dégustations, un sympathique personnage qui ne tient pas en place nous attendait. C’était l’un des copropriétaires du domaine (avec son frère Laurent), Jean-Michel Poiron.

 

 

Jean-Michel nous a raconté l’histoire de son vignoble qui appartient à sa famille depuis 1858. Un vignoble qui compte aujourd’hui 69 hectares. Le très volubile vigneron nous a fait goûter pas moins de 18 cuvées ce matin-là…Grosse matinée ! Il a commencé doucement avec des muscadets légers (qui déjà m’ont plus impressionnée que ceux dégustés au Québec), avec son cru communal, qu’on retrouve aussi à la SAQ ici en version 2009, Clos des Tabardières. Un vin de monocépage, d’appellation Muscadet Sèvre-et-Maine.

 

 

Ensuite, on a eu droit à un muscadet sur Lie un peu plus puissant. Puis, il a monté en intensité dans les saveurs et la texture du vin. Il nous a fait goûté alors un tout autre muscadet aussi en appellation Sèvre-et-Maine, mais élevé en fût de chêne. Alors, là on était ailleurs ! On ne pouvait plus servir ce vin avec l’accord classique des huîtres; il lui fallait absolument des plats beaucoup plus riches et complexes tels que, par exemple, de la lotte grillée en sauce béchamel et champignons, une volaille rôtie aux panais grillés, etc.  Le muscadet changeait de profil. Et pour compliquer les choses, l’intrépide vigneron nous a dit qu’il aimait les expérimentations, alors il nous a servi plusieurs vins élaborés avec du melon de Bourgogne (vous vous souvenez, le cépage avec lequel on fait le muscadet et qu’on traite presque toujours en cépage unique ?), mais assemblé avec du gewurztraminer et du sauvignon fié gris ! Ce Ty Terrible Jean-Michel (le nom que sa fille a donné à ce vin en l’honneur de son père) était simplement wow !

 

 

Et comme si cela n’était pas assez, il a sorti des vins faits de berligou, un cépage historique introduit par le Duc de Bretagne, puis de chardonnay et même de pinot noir et de côt malbec ! Notre dégustation en a été agrémentée de vins blancs secs, de demi-secs, de moelleux, de pétillants, de rouges légers et moyennement corsés. À lui seul, il représentait la variété étonnante des vins de Loire ! Quelle visite impressionnante !

 

 

Recommandations vins et accords

 

 

Je ne peux que vous recommander d’essayer le muscadet disponible ici du Domaine Poiron Dabin. Il n’est pas facile à trouver, mais il sera en reconduction très bientôt apparemment et donc plus facile à trouver. Idéal avec un filet de flétan et petits légumes de saison. Un délice !

 

 

Le Saumurois : du rouge, du blanc, et des fines bulles !

 

Après le pays de Nantes, nous nous dirigeons à notre hôtel d’Angers, une ville  de près de 150 000 habitants ce qui représente la moitié de la population de Nantes. Là aussi, on peut trouver un ancien château datant du XIIIe siècle, le Château d’Angers.

 


Château d’Angers à l’entrée de la ville.

Hôtel du Mail à Angers dans la région Maine-et-Loire.
De là, on quitte pour notre première destination : la région de Saumur-Champigny. C’est en calèche que nous partirons de Saumur pour arriver au vignoble du Château de Chaintres.

 

 

Climat

 

Le climat de Saumur est chaud et tempéré. Vers Saumur-Champigny, situé tout à l’est de l’appellation vers Tours, l’influence de l’océan Atlantique se fait moins sentir. Il fait moins humide en été, et les hivers se maintiennent entre 9 et 1 degrés Celsius. Parfois, on peut avoir de courts épisodes de gel dans les hivers les plus froids.

 

Sols 

 

L’aire d’appellation Saumur s’étale sur 1 400 hectares au sud de la Loire sur les coteaux calcaires qui entourent la ville de Saumur. Ici on retrouve dans le sol, la trace du fameux tuffeau (craie blanche) avec lequel on a construit les troglodytes (voir autre article sur la Loire, en cliquant ici). Pour les vins blancs et les fines bulles, ce sous-sol de tuffeau calcaire est bénéfique, en plus de conférer une belle fraîcheur aux vins rouges faits de cabernet franc en majorité.

 

Visite au Château de Chaintres

 

 

Nous arrivons donc au somptueux domaine du Château de Chaintres, dont les bâtiments datent du XVIIe siècle. Depuis 1938, c’est la famille de Tigny qui détient la propriété et son vignoble, qui s’étend sur 20 hectares. Ce serait les Pères Oratoriens de Notre-Dame qui choisirent de planter les vignes sur ce lieu en 1675 pour la qualité de l’ensoleillement et de son terroir. Aujourd’hui, il reste à peine quelques vestiges des vignes plantées (vieux pieds de ceps), car presque toutes ont été décimées. Par contre, des vieilles vignes d’une cinquantaine d’années existent toujours sur le vignoble et on en fait quelques cuvées de prestige.

 

Jean-Philippe Louis, le nouveau maitre de chai, croit beaucoup en son terroir, et c’est pourquoi il se dirige vers une agriculture biodynamique. À spécifier, que le vignoble est déjà certifié bio depuis 2013 par Ecocert. On l’écoute sur la raison de ce choix et sur les rendements que cela peut occasionner sur les vins :

Le vignoble est rempli d’arbres fruitiers : prunes mirabelles, pêches blanches, poires, pommes, en plus de bosquets de fleurs. La présence de ces plantes et arbres contribue à une biodiversité intéressante qui enrichit entre autres les sols, et cela a un effet certain sur la vigne. Les fruits de ces arbres étaient bien juteux et mûrs et de belle grosseur, tout comme les raisins de la propriété. Un très bon signe, certainement !

 

Vins du Château de Chaintres

 

J’étais curieuse de déguster ces vins mais surtout, une spécialité de l’endroit : le saumur brut, une fine bulle différente du crémant de Loire par le fait 1- que la zone de récolte du raisin est plus restreinte (juste en Saumur contrairement au crémant qui est produit sur les aires d’AOC D’Anjou, de Saumur et de Touraine), 2- que le temps de mise sur lattes est plus court (9 mois au lieu de 12) et 3- que les raisins peuvent être récoltés à la machine, pas seulement à la main comme pour le crémant. De plus, les cépages qui entrent dans les deux bulles ne sont pas nécessairement les mêmes, puisqu’avec le crémant on a plus de choix dans les cépages autorisés.

 

 

Pour le saumur brut les cépages autorisés sont : le chenin blanc, le chardonnay et le sauvignon blanc pour les blancs, puis le cabernet sauvignon, le cabernet franc et le pineau d’aunis pour les rouges (*oui, comme en Champagne, on utilise parfois le raisin rouge sans la peau au pressurage.)

 

Au Château de Chaintres, on fait même un blanc de noir à base de cab franc. Je dois dire que je l’ai beaucoup aimé. Je m’attendais à quelque chose de plus « rough », de plus corsé. J’ai été agréablement surprise par son côté crémeux et son élégance. Une bulle fine avec des notes florales et une attaque un peu piquante. Excellente à l’apéro ou avec les petites charcuteries du début de lunch.

 

 

Les autres vins produits sur la propriété sont très diversifiés : vins moelleux, vins rouges faits entre autres de 100% cabernet franc à la bouche gourmande (cerise, violette, framboise, cassis) issus de vieilles vignes dont les plus jeunes ont 50 ans, des saumurs blancs en vins tranquilles, dont ce superbe Clos des Oratoriens 2014 fait de chenin à 100 %. Comme vous pouvez constater, au Château de Chaintres on aime les vins élaborés d’un cépage unique, et pas trop le bois. Ce qui nous permet d’apprécier à sa juste valeur le meilleur du terroir saumurois !

 

Suggestions de vins de Saumur

 

Comme malheureusement, pour l’instant les vins du Château de Chaintres ne sont pas disponibles ici (Pssst… petite truc : allez les chercher en Ontario à la LCBO la plus proche, il y a même le Clos des Oratoriens dont je viens juste de vous parler !) je vous en propose d’autres qui m’ont séduite.

 

Domaine Julien Fouet L’Ardillon 19,85 $ Un saumur blanc fait de chenin à 100%. Droit, avec une finale saline et beaucoup de minéralité. Idéal avec une bonne salade niçoise ou une fricassée de fruits de mer.

 

Thierry Germain Saumur Bulles de Roche Brut 33,25$ Un saumur brut des plus délicieux. Minéral, complexe, avec de l’étoffe. Fait en majorité de chenin blanc (90%) auquel on a ajouté du cabernet franc et du chardonnay à dose égale.

 

 

Chinon et ses vins souples de cabernet-franc

 

Avant de visiter la Loire, je savais déjà que j’aimais leurs vins rouges ! Pourquoi ? Parce que se sont en majorité des vins de soif avec un fruit présent et des tannins souples. Anjou, Saumur, Bourgueuil et surtout Chinon ! Ahhh le cabernet franc de Chinon ! Quand il est bien travaillé, c’est tellement bon ! Mais j’étais loin de me douter que j’aurais aussi un coup de cœur pour le village de Chinon. « so charming », comme dirait les Anglais!

 

 

Arrivés à l’Hôtel Diderot en plein cœur du village de Chinon, on découvre l’hospitalité du coin. L’endroit est aussi magnifique, car le bâtiment date du XVème siècle.

 


Extérieur de l’hôtel Diderot.

Cuisine de l’hôtel Diderot.
Non loin de notre hôtel, la Forteresse Royale de Chinon, une construction majestueuse qui date du XVIIe siècle et qui surplombe la rivière Vienne, affluent de la Loire. Le soir, quand le soleil est couché, on peut admirer le fort tout illuminé du haut de son rocher escarpé.

 

 

À Chinon, on n’a pas eu la chance de visiter des vignobles, par contre on a découvert l’univers des guinguettes, ces petits bistros extérieurs où on découvre de bonnes cuvées locales. Là, bien entendu, les vins de Chinon sont à l’honneur. On les recommande avec les tartares, les salades au gésier de canard, ou les rillettes.

 


Une guinguette à Chinon.

Le climat

 

L’aire d’appellation de Chinon s’étend sur 18 communes, des deux côtés de la Vienne, jusqu’à son embouchure sur la Loire. Le large confluent de la Loire et de la Vienne est une porte d’entrée à la douceur du climat atlantique ou océanique qui pénètre donc par les deux vallées jusqu’à la plus lointaine pente ou terrasse. Les coteaux bénéficient d’une exposition sud très ensoleillée. On y retrouve un micro-climat privilégié qui convient parfaitement au cabernet franc.

 

 

Les sols

 

À Chinon, trois types de sols se côtoient. D’abord les terrasses alluviales des bords de la Vienne composées de graves et de sables. Ensuite, des coteaux et des buttes calcaires (tuffeau encore) situés en bordure des axes fluviaux. Enfin, les plateaux et buttes constituées essentiellement d’argiles à silex et de sable.

 

Les cépages

 

Le rouge et le rosé proviennent exclusivement du cabernet franc, même si le cabernet sauvignon est autorisé pour une proportion de 10% dans l’assemblage. Par contre, la plupart des vins sont faits en monocépage. Côté blanc, on a un peu de chenin. La région est moins axée sur les blancs, par contre.

 

 

Vignes de cabernet franc.

Suggestion de vins de Chinon

 

Alain Lorieux Chinon Expression 2015 20,05 $

Un vin juteux, généreux avec du fruit tout plein. Des notes aussi un peu terreuses, de sous-bois le prédispose avantageusement aux terrines et aux pâtés de foie. À amener à votre prochain « pot-luck » party pour réchauffer l’atmosphère avec les entrées !

Conseil de service : Les vins de Chinon se boivent en peu plus frais que la moyenne des autres vins rouges. On les sert à 14-15 degrés pour les jeunes et pour les plus vieux ou les plus étoffés comme c’est le cas de celui mentionné ci-haut, autour de 16-17 degrés. On peut aussi les passer en carafe pour les épanouir un peu.

 

 

Vouvray et Benoît Gauthier Vigneron

 

Après Chinon, c’est un petit tour dans une région que j’anticipais avec beaucoup d’excitation : le Vouvray !

 

 

Avant d’arriver dans l’appellation, on a parcouru une route bordée par des hôtels nichés dans des troglodytes faites de tuffeau, le fameux matériau issu du sous-sol qu’on retrouve dans la région de Tours. Impressionnant ! Un jour, j’aimerais bien passer une nuit dans un de ses hôtels-grottes uniques au monde. Puis, est apparu la pancarte annonçant le Domaine de la Chataigneraie, notre destination finale.

 

Climat

 

Dans cette zone le climat général reste océanique tempéré et peut avoir une influence continentale. L’exposition du vignoble est variable, et il est bien protégé du froid et des vents. Les spécificités de ces vins sont le reflet des différents microclimats propres à chaque vallée. Des automnes très ensoleillés favorisent la surmaturité des raisins, voire la pourriture noble. Les vins demi-secs, moelleux ou liquoreux dépendent de la variabilité climatique de chaque année. On peut aussi y faire de très beaux vouvray secs.

 

Sols

 

C’est un paysage valloné dessiné par des plateaux et des petites pentes dont les sous-sols de tuffeau sont recouverts par une couche superficielle de dépôts d’argiles à silex, de limons de plateaux et de sables éoliens facilitant l’écoulement des eaux de pluies.

 

Cépages

 

L’AOC Vouvray produit uniquement des blancs. La maturité des raisins est avancée lorsque les années sont précoces, ce qui permet de produire des secs et des demi-secs, véritables représentants de cette appellation. Lorsque les jus récoltés pendant les vendanges présentent un taux de sucre suffisamment élevé, on peut produire des vins moelleux et des liquoreux remarquables. De très bons vins effervescents peuvent être aussi produits. Tous les blancs sont à base de chenin blanc à 100%.

 

Visite du Domaine de la Châtaigneraie

 

Dès qu’on a mis les pieds au vignoble, le vigneron Benoît Gauthier nous a invité a visité ses caves.

 

 

Et pas n’importe lesquelles ! Un lieu unique alliant art et histoire et constituant les plus grandes caves troglodytes du Vouvrillon.

 

 

 

Creusées dans le tuffeau, ces galeries souterraines datent d’au moins 1669, de l’origine du vignoble de la Famille Gauthier. Benoit est le fier représentant de la 7egénération.

 


Plafond de caves en tuffeau (un matériau qui s’apparente à la craie, très calcaire)

Vins

 

Bien entendu, nous avons eu la chance de déguster quelques très bons crus faits de chenin blanc à 100% comme le veut l’appellation. Des vins blancs secs, demi-secs, moelleux et liquoreux, tous excellents. Le vouvray en fines bulles zéro dosage, m’a particulièrement plu.

 

 

Malheureusement on n’en trouve pas ici. Par contre, son vin blanc sec Argilex se trouve à la SAQ en quantité limitée pour l’instant, mais il sera en reconduction à temps pour les Fêtes. Ce vin provient de sols argilo-calcaires. Il a été vieilli en cave troglodyte, idéal pour garder les températures stables nécessaires à l’épanouissement du chenin blanc.

 

Suggestion de vin de Vouvray 

 

Benoit Gautier Argilex sec 2016 22,85$ Un blanc avec de la rondeur typique au chenin. Des arômes de miel, de pomme verte, de poire et d’amande crue. Une texture souple, une finale minérale et désaltérante. Idéal avec des pétoncles en ceviche ou même un filet de sole au beurre.

 

 

En guise de conclusion

 

Je pourrais vous parler encore de mes autres coups de cœur (car il y en a beaucoup) mais il faut bien arrêter. Je voudrais juste ajouter que l’Anjou, aussi, est une région très intéressante, que nous avons eu la chance de survoler en montgolfière (voir article en cliquant ici), particulièrement pour ses rosés et ses rouges faits de cabernet franc en majorité (avec un petit assemblage de cabernet sauvignon).

 

 

Cette magnifique région d’Anjou est visitable à travers ses communes et ses châteaux, comme le fabuleux Château de Brissac où vit encore le Duc et sa famille. Ce château comporte aussi des vignes qui produisent des vins reconnus, dont on a déjà eu le plaisir d’avoir à la SAQ. Pour visiter les caves et pour déguster les vins, informez-vous, en cliquant sur ce lien.

 


Le château du Domaine de Brissac en Anjou-Villages.
De plus, la Loire est reconnue pour ses crémants, des fines bulles d’appellation d’origine contrôlée que l’on produit sur les aires d’appellation d’Anjou, de Saumur et de Touraine, c’est-à-dire sur une vaste partie du vignoble de la vallée de la Loire. Rien de meilleur en apéro qu’un bon crémant de Loire !

 

Le

 

Le vignoble du Val de Loire est la 3région de vins d’appellations de France regroupant en tout 79 appellations et dénominations (dont 50 AOC). C’est l’un des dix vignobles européens inscrits au Patrimoine de l’Unesco. C’est donc vous dire comme cela peut être beau à visiter ! Finalement, la grande diversité des vins de Loire permet à chacun d’y trouver son compte. Que ce soit des vins liquoreux des Côteaux du Layon, en passant par un rouge gourmand de Bourgueil, une fine bulle de Saumur ou un blanc sec et généreux de Vouvray, l’amateur de bons vins n’est pas en reste ! De plus, il y aura toujours un sympathique vigneron pour vous accueillir dans une des 350 touristiques de la région et vous inviter à déguster une de leurs belles cuvées !

 

 

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site des vins du val de loire : https://www.vinsvaldeloire.fr

 

Suivez aussi les actualités sur leurs médias sociaux :

Facebook : Vins du Val de Loire

Instagram : @vinsvaldeloire

#vinsvaldeloire #vvl

 

#Collab #Ad

Je vous invite aussi à vous inspirer des recettes suivantes, qu’on peut voir dans ce vidéo, et qui rappellent un peu les spécialités ligériennes.

Aucun commentaire

Publié un commentaire

Error: Access Token is not valid or has expired. Feed will not update.
This error message is only visible to WordPress admins

There's an issue with the Instagram Access Token that you are using. Please obtain a new Access Token on the plugin's Settings page.
If you continue to have an issue with your Access Token then please see this FAQ for more information.

Suivez-nous sur Instagram